7 règles de natation à ne pas respecter

Lorsque vous avez commencé à nager, vous avez probablement été inondé par des tonnes de choses à faire et à ne pas faire pour votre temps dans l’eau. Assurez-vous de respirer des deux côtés, de parcourir le plus de distance possible pendant votre séance d’entraînement et de ne pas manger avant de nager.

Et si nous vous disions que vous n’êtes pas obligé de suivre ces règles de natation ? Continuez à lire pour découvrir 7 normes de natation que vous n’êtes pas obligé de respecter et ce que vous pouvez faire à la place !

1. Nager beaucoup de longueurs

Les habitués de la natation de la vieille école vous diront peut-être qu’il faut passer des heures et des heures à nager pour voir des améliorations. Mais ce n’est pas le cas !

Une distance plus longue n’est pas toujours synonyme d’amélioration des performances. Nager sur des distances folles peut entraîner une dégradation de votre technique, ce qui peut provoquer des blessures.

Les séances d’entraînement plus courtes sont plus efficaces en termes de temps et vous permettent d’affiner des aspects spécifiques de votre technique ou de travailler votre rythme pour votre prochaine course. Donc si vous n’avez pas 2 à 3 heures par jour à consacrer à l’entraînement, ne vous en faites pas ! Une heure, 30 minutes et même 20 minutes suffisent pour faire une bonne séance d’entraînement.

Ces dernières années, l’entraînement de type Ultra Short Race Pace Training (USRPT) a gagné en popularité. Cette méthode d’entraînement élimine tout “métrage résiduel” de vos séances d’entraînement, en se concentrant uniquement sur la natation au rythme de la course. Elle a permis à de nombreux nageurs (dont le champion olympique américain Michael Andrew) de nager plus vite que jamais !

2. Faire des virages renversés

En fonction de votre objectif, les virages peuvent nuire à votre plaisir de nager. Si vous êtes frustré par ces virages renversés et que vous ne les aimez pas, ne les faites pas !

Cependant, si vous voulez améliorer votre vitesse et votre efficacité globales, apprendre à faire les maîtriser peut vous aider, surtout si vous envisagez de participer à des compétitions. Mais si ce n’est pas votre objectif, ils ne sont pas nécessaires !

3. La respiration bilatérale en nage libre

On enseigne à de nombreux nageurs que la respiration bilatérale (respiration des deux côtés) est la manière ” correcte ” de respirer en nage libre – respirer d’un seul côté est à proscrire ! Eh bien, ce n’est pas vrai.

La respiration d’un seul côté peut en fait être un excellent moyen d’établir un rythme solide dans votre course. Si vous observez la quasi-totalité des nageurs d’élite, vous constaterez qu’ils respirent d’un seul côté et que la plupart le font tous les deux temps !

On vous a peut-être appris à respirer tous les 3 ou 5 mouvements, et même si c’est un excellent outil d’entraînement qui peut vous aider à améliorer le contrôle de votre respiration, la respiration bilatérale n’est pas le modèle de respiration par excellence pour la natation.

4. Respirer tous les deux mouvements en papillon

En parlant de respiration, il existe une règle non écrite selon laquelle vous devez respirer tous les deux mouvements en papillon. Nous ne sommes pas sûrs de l’auteur de cette règle, mais il ne s’agit pas d’une règle universelle.

Les meilleurs nageurs de papillon du monde utilisent toute une gamme de modèles de respiration. Michael Phelps et Kristof Milak respirent à chaque coup, tandis que Caeleb Dressel respire tous les deux coups.

La chose la plus importante lorsque vous nagez le papillon est de trouver un modèle de respiration qui fonctionne pour vous. Comme en nage libre, il s’agit de trouver un rythme dans votre course que vous pouvez maintenir. Si cela signifie que vous respirez à chaque coup, tous les deux ou tous les trois coups, tenez-vous en à ce rythme et vous décrocherez l’or.

5. Ne mangez pas avant de nager

Il y a une vieille règle qui dit qu’il ne faut pas manger une heure avant de nager. Eh bien, c’est un tas de bêtises.

Il est important de donner de l’énergie à votre corps pour nager rapidement ! Si vous ne le faites pas, vous risquez de vous sentir léthargique pendant votre séance d’entraînement. Si votre estomac le supporte, essayez de prendre une collation légère une heure ou deux avant votre entraînement. Consommez un mélange de glucides et de protéines et buvez beaucoup d’eau !

Une tranche de pain grillé avec du beurre de cacahuète ou une banane sont d’excellentes options de carburant avant l’entraînement. Cela va sans dire, mais manger une pizza entière avant de nager n’est probablement pas la meilleure idée !

Certains nageurs se sentent mieux lorsqu’ils nagent à jeun – si c’est votre cas, continuez à faire ce que vous faites, mais assurez-vous de faire le plein de calories après la natation.

6. Se concentrer sur son battement de pieds

C’est peut-être la règle la plus controversée que nous pensons que vous devriez briser… le coup de pied est surfait !

Vos jambes sont les plus gros muscles du corps, et elles consomment le plus d’énergie lorsque vous nagez. Et malgré cette consommation d’énergie, elles ne fournissent pas autant de propulsion que vos bras !

Pensez au temps qu’il vous faut pour donner un coup de pied sur 100 mètres par rapport à la traction sur 100 mètres. Votre traction est probablement beaucoup plus rapide !

Si vous êtes un débutant, concentrez-vous sur l’impulsion de rotation à partir de vos hanches et de votre corps. Votre coup de pied vous aidera à maintenir votre corps dans la bonne position pour initier cette rotation à chaque coup.

Cela dit, il est toujours important de travailler votre coup de pied si vous essayez d’être plus rapide. Nous vous recommandons d’inclure un peu de kick dans chaque séance d’entraînement, souvent pendant l’échauffement. Assurez-vous que votre technique de coup de pied est au point et cela vous aidera à nager plus vite et plus efficacement.

7. Nager avec les doigts joints

Levez la main si on vous a appris à nager en serrant les doigts l’un contre l’autre ! Il s’avère que nager de cette façon peut en fait vous rendre plus lent. Des études ont montré que le fait de nager avec un léger écart entre chaque doigt (quelques millimètres seulement) peut contribuer à augmenter la surface de vos mains et à améliorer la force et la puissance de votre traction dans les quatre mouvements.

Bonus : nager sans plan

Certaines personnes aiment nager parce que c’est une activité méditative. Ils se rendent à la piscine et nagent des séries aléatoires sans plan de match. Cette approche fonctionne bien si vous n’avez pas d’objectif spécifique, mais si vous avez un objectif en tête, il est important d’avoir un plan pour que votre entraînement soit efficace et utile.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *